LPMC

Partenaires

CNRS UNS
UCA



Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS


Accueil du site > Séminaires > Archives > Année 2010 > Romain Morini, Alphonse Leroux

Eposés de première année de thèse

Romain Morini, Alphonse Leroux

Vendredi 2 juillet 2010

à 15h en salle C. Brot

Alphonse Leroux

"étude des vagues d’amplitudes extrêmes (i.e. très non-linéaires)" Dir. de thèse ean Rajchenbach (LPMC) et Didier Clamond (LJAD).

Je décrirais tout d’abord mon expérience. Il s’agit de l’instabilité de Faraday (résonance paramétrique d’ondes de surface). Dans un premier temps je parlerai d’un travail réalisé en cellule de Hele-Shaw. Une cellule de HS consiste en deux plaques de verre séparées d’un mince intervalle (1mm). Les cellules de HS permettent une description potentielle des écoulements. Je montrerai l’existence de deux types d’ondes stationnaires solitaires localisées spatialement de grandes amplitudes. Enfin je parlerai d’expérience que je réalise cette fois dans des cuves en 3D de différentes géométries et vous montrerai toute une zoologie de patterns assez "exotiques".


Romain Morini

"Mode d’action des fluidifiants sur la rhéologie de suspensions de carbonate de calcium" Dir. de thèse Georges Bossis et Jacques Persello.

La fluidification des écoulements de suspensions très concentrées de particules minérales est un élément clé pour la mise en forme de nombreux matériaux. Notre étude porte plus particulièrement sur la compréhension du mode d’action de poly-électrolytes sur la rhéologie de suspensions de carbonate de calcium qui est un minéral modèle pour simuler le comportement des fluidifiants sur des matériaux plus complexes comme le ciment ou le béton. Les poly-électrolytes sont des polymères qui s’ionisent au contact de l’eau et viennent s’adsorber sur la surface des particules. Il en résulte une diminution des phénomènes d’agrégation des particules ce qui réduit considérablement la viscosité de la suspension. Cet effet est connu depuis longtemps mais la synthèse de molécules plus performantes nécessite une connaissance approfondie de leur mode d’action. J’exposerais l’enjeu de cette étude ainsi que les connaissances actuelles sur le mode d’action du fluidifiant. On s’intéressera aux problèmes rencontrés dans des suspensions très concentrées, notamment le rhéo-épaississement. Je présenterais mes premiers résultats concernant à la fois la viscosité de ces suspensions et l’étude de leur compaction en présence de différents fluidifiants en soulignant les problèmes de reproductibilité rencontrés pour les suspensions très concentrées. Les suites de cette étude notamment en termes de mesures de force inter-particulaires seront également évoquées