LPMC

Partenaires

CNRS UNS
UCA



Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS


Accueil du site > Séminaires > Archives > Année 2013 > Philippe Morin

Démonstration expérimentale du phénomène de repolarisation de la lumière

Philippe Morin

Mercredi 30 octobre 2013

à 11h en salle C. Brot

L’état de polarisation de la lumière évolue aléatoirement le long de la fibre à cause de la biréfringence intrinsèque de la fibre optique et des contraintes extérieures ou mécaniques. Afin de conserver l’état de polarisation de la lumière, l’utilisation de polariseurs standards est possible mais ils induisent des pertes dépendantes de la polarisation. De plus, les fluctuations de l’état de polarisation seront transformées en variations d’intensité, ce qui représente un frein pour certaines applications. Depuis de nombreuses années, différents groupes de recherches ont développé des dispositifs de contrôle de l’état de polarisation de la lumière en utilisant les effets non linéaires dans les fibres. L’équipe Solitons, Lasers et Communications Optiques (SLCO) du laboratoire Interdisciplinaire Carnot de Bourgogne a développé une technique basée sur l’interaction nonlinéaire de deux ondes contrapropagatives au sein d’une fibre optique. L’effet d’attraction de polarisation est obtenue en injectant à une extrémité de la fibre optique une onde signal dont l’état de polarisation est arbitraire. Lorsque l’onde pompe ou la réplique contrapropagative de l’onde signal est injectée à l’autre extrémité de la fibre optique, l’état de polarisation de l’onde signal est attiré vers celui de l’onde pompe et ce, indépendamment de son état de polarisation initial. Ce dispositif a permis de repolariser des flux de données optiques de type Non Retour-à-Zéro (NRZ) et Retour-à-Zéro (RZ) à des débits de 10-Gb/s et 40-Gb/s.