LPMC

Partenaires

CNRS UNS
UCA



Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS


Accueil du site > Séminaires > Archives > Année 2013 > Exposés de 1re année de thèse

Exposés de 1re année de thèse

à 11h en salle C. Brot

11:00 : Taleb Sabri

Directeur : F Guittard, Co-Directeur : Darmanin.

Surfaces superhydrophobes réversibles

Les surfaces superhydrophobes et superhydrophiles ont des propriétés de mouillabilité fondamentalement opposées, qui sont régies par la rugosité et la composition chimique de surface. L’élaboration de « Smart surfaces » par voie électrochimique, répondant à des stimuli externes par un changement réversible entre superhydrophobie, superhydrophilie, superoléophobie et superoléophilie est le but de cette thèse. Les stimuli externes comprennent l’irradiation lumineuse, le potentiel électrique, la température, le pH et l’échange d’ion. Ces surfaces à mouillabilité contrôlable sont d’une grande importance tant pour des applications industrielles que pour la recherche fondamentale.

11:20 : Bounoua Nahed Sihem

Directrice : Elisabeth Lemaire, Co-Directeur : Pavel Kuzhir

Viscosité de suspensions de fibres non-browniennes

Les fibres courtes sont couramment utilisées pour améliorer les propriétés mécaniques, thermiques ou électriques des plastiques. L’optimisation des procédés de fabrication des plastiques chargés passe par la connaissance de la rhéologie des suspensions de fibres et de l’orientation de celles-ci, dont dépendent fortement les propriétés finales du composite. Cependant, l’étude de l’écoulement de suspensions semi- diluées ou concentrées de fibres pose des difficultés importantes tant conceptuelles qu’expérimentales. Les propriétés rhéologiques sont en effet difficiles à prédire et à modéliser en raison du fort couplage qui existe entre les interactions que les fibres subissent entre elles, leur orientation et l’écoulement. D’un point de vue expérimental, les propriétés rhéologiques sont délicates à mesurer en rhéométrie conventionnelle en raison de la présence d’artéfacts tels que la migration qui rend inhomogène la suspension ou les effets de parois qui, localement modifient considérablement l’orientation des fibres. Pour lever ces difficultés, nous projetons de réaliser des mesures couplées de la viscosité par une méthode locale (PIV) et de l’orientation des fibres. Une autre façon de mettre en exergue le couplage entre l’orientation et la viscosité est de réaliser des expériences d’inversion de cisaillement. Sur cette affiche, nous présenterons nos premières observations expérimentales du comportement de suspensions de fibres lors d’une inversion du cisaillement. Ces mesures ont été effectuées en écoulement torsionnel plan-plan sur des suspensions semi-diluées de fibres pour deux rapports d’aspect : 18 et 33 et plusieurs valeurs du gap séparant les deux disques du rhéomètre.