LPMC

Partenaires

CNRS UNS
UCA



Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS


Accueil du site > Séminaires > Archives > Année 2011 > Carine Zerbib

Thèse : Biomatériaux à visée antimicrobienne : application au biofilm oral

Carine Zerbib

à 10H30, salle de séminaire de chimie , rdc

La base des prothèses dentaires amovibles est une résine en polyméthacrylate de méthyle. Chez 65% des patients porteurs de ces appareils, le réservoir microbien constitué par le biofilm accumulé majoritairement dans les intrados prothétiques, est responsable d’infections chroniques (stomatites prothétiques, candidoses orales, voire pneumonies d’inhalation…) Il s’agit donc de synthétiser une résine dentaire « bioactive » prévenant la formation précoce du biofilm indésirable tout en préservant le biofilm salivaire protecteur des muqueuses. La cible microbienne est principalement Candida albicans (levures et filaments) car la sécheresse buccale des porteurs de prothèses dentaires favorise considérablement les mycoses liées à ce champignon. Plusieurs auteurs ont déjà proposé des résines à relargage de molécules antiseptiques incluses dans le polymère, mais ces résines présentent des inconvénients tels qu’une incorporation aléatoire et non homogène ainsi qu’un relargage rapide du principe actif, d’où des risques de récidives et de résistance, ainsi qu’une dégradation à la polymérisation. L’objectif de la thèse a donc été de réaliser un véritable greffage covalent de l’antifongique in situ, sans perte d’activité, sans relargage continu en bouche, sans dégradation. Nous avons mis au point plusieurs nouveaux agents antifongiques possédant une fonction polymérisable, et synthétisé 2 copolymères possédant des sites bioactifs. Les caractérisations chimiques et évaluations microbiologiques de ces produits ont été obtenues.

Mots clés : polyméthacrylate de méthyle, agent antifongique, biofilm, Candida albicans