LPMC

Partenaires

CNRS UNS
UCA



Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS


Accueil du site > Séminaires > Archives > Année 2014 > Anders Kastberg

Quelle est la valeur d’un article scientifique ?

Anders Kastberg

Mercredi 19 novembre 2014

à 11h en salle C. Brot

L’apparition des contenus numériques, d’internet, des open acces et open sciences ont profondément changé la façon dont la science est disséminée. Néanmoins, l’article scientifique reste le moyen dominant de validation et de diffusion des travaux scientifiques, et les éléments déterminants dans l’évaluation de la science sont toujours le facteur d’impact de la revue, les diverses formes de statistiques de publication et de citation. Ceci est peut être sur le point de changer.

Traditionnellement, les interactions scientifiques autres que les discussions, les débats, les séminaires, la couverture médiatique, ont pour la plupart été éphémères par nature. Ce n’est plus tout à fait vrai. Les rapports dans les journaux, à la radio et la télévision laissent des traces consultables. Les discussions scientifiques sont de plus en plus tenues sur des blogs et sur ​​des médias sociaux. La recherche laisse des traces dans la législation, les brevets, les documents politique, etc., et quelques revues scientifiques ont lancé une évaluation post-peer. Les technologies de fouille de données sur Internet existent maintenant qui permettent l’évaluation de l’impact qu’une recherche a eu, au-delà du nombre de citations.

Il existe déjà des entreprises qui font cela, et leurs services sont par exemple achetées par certains éditeurs. Ceci est présenté comme un service aux auteurs qui obtiennent des informations sur l’impact de leurs travaux publiés. Il y a aussi des organismes de financement qui demandent de plus en plus d’informations sur l’impact de la recherche qu’ils financent, autre que les simples citations.

Dans une large mesure, les développements dans ce domaine, comme dans la publication scientifique en général, sont dictées par les exigences de la biomédecine et des sciences de la vie. C’est là que sont la plupart des fonds et où l’interaction scientifique est plus intense et immédiate. Cependant, les changements qui peuvent surgir dans l’évaluation et la diffusion de la recherche auront un impact sur ​ ​tous les domaines de la science.